Entre deux « bulles »

Mère de deux enfants autistes Asperger, Fabienne Vaslet, éditrice indépendante, , de la première bande dessinée française sur ce trouble neuro-développemental.

« Je souhaitais de longue date mettre mes compétences au service des autistes Asperger. Mais il existait déjà beaucoup de témoignages de parents… Je ne voyais pas quoi apporter de plus », explique Fabienne Vaslet autour d’un café, dans son appartement du centre-ville de Gières.

Cette éditrice freelance, dont les deux fils présentent cette forme d’autisme légère, aurait pourtant bien des choses à raconter. Comme les remarques blessantes, voire accusatrices, qu’elle a entendues lorsque son aîné n’était pas encore diagnostiqué Asperger. « En France, quand un enfant a un trouble, beaucoup de spécialistes et d’enseignants pensent que le problème vient de son éducation, car l’approche psychanalytique reste forte, précise-t-elle. Comme en plus, j’étais séparée du père de mes enfants, pour eux, tout venait de là. »

Elle pourrait également raconter sa découverte, avant les médecins, du trouble neuro-développemental de son premier enfant. Décrire les tests et les entretiens menés au Centre alpin de diagnostic précoce de l’autisme (Saint-Egrève), qui ont confirmé son intuition. Ou encore l’énergie qu’il faut déployer au quotidien pour élever des enfants atypiques. Même si les siens sont tous deux scolarisés en milieu ordinaire, moyennant certains aménagements.

 

Ode à la différence

DEDICACE MELLE CAROLINE copiePlutôt que son propre témoignage, c’est finalement celui d’une jeune femme, Julie Dachez, qui a poussé Fabienne Vaslet à s’investir. Fin 2013, elle invite cette blogueuse Asperger à rédiger un scénario de bande dessinée inspiré de sa vie, avant et après le jour où elle a mis un nom sur sa différence. Fabienne convainc ensuite l’illustratrice Mademoiselle Caroline de mettre en images ce récit.

« J’ai alors joué le rôle d’interface entre les deux auteures pour éviter les malentendus, car Caroline ne comprenait pas toujours les réactions de Julie, surtout au début. Elle nous envoyait les croquis, que nous validions ensemble », précise-t-elle.

Après 8 mois d’allers-retours par courriels, leur ode à la différence est achevée. C’est ainsi qu’est sortie fin août, chez Delcourt, La différence invisible. Une bande dessinée graphiquement aboutie, émouvante, drôle et pédagogique, à mettre entre toutes les mains !

 

Frédéric Cristofol

 

  • La différence invisible, de Mademoiselle Caroline et Julie Dachez, éditions Delcourt/Mirages, août 2016 22,95 €.
  • Conférence sur le syndrome d’Asperger par Julie Dachez, vendredi 25 novembre, à 18h30. A l’auditorium de l’Office du Tourisme de Grenoble.

 


« Une manière différente de voir le monde »

« Les autistes Asperger ne sont pas malades. Ils ont simplement une manière différente de voir le monde, souligne Fabienne Vaslet. Ils sont sensibles, honnêtes, créatifs, d’une grande gentillesse et totalement détachés de la notion de pouvoir ».

Mais ils souffrent également, à des degrés divers, d’hyper-sensibilité (au bruit, au touché, aux odeurs…), d’anxiété et de stress. Leurs passions sont restreintes et envahissantes et les interactions sociales leur demandent un effort considérable.

Pour mieux connaître ce syndrome, lire La Différence Invisible et d’autres grands témoignages, comme Je suis né un jour bleu, de Daniel Tammet ou Je suis à l’est, de Josef Schovanec. F.C